Bonjour à tous

Le départ de cette randonnée à la journée au eu lieu à la Gare de  Port Vendres à 9h00 avec un  retour à 16h30

Cette randonnées a rassemblée 21 randonneurs de l'association Évasion Catalane.

La Météo a été idéale : journée très ensoleillé, vent faible : légère tramontane, température autour de 16°c

Ce circuit a permis  de découvrir une partie de très nombreux ouvrages militaires qui entourent Port Vendres.

Par ce belle journée d'hiver les randonneurs ont croisés des amandiers et des mimosas en pleine floraison, et successivement les monuments  : 

- fort Saint Elme : fort privé, visite en saison, sur le territoire de la  commune de Collioure; fort militaire construit entre 1538 et 1552 sous Charles Quint à partir d'une tour de garde érigée au VIIIe siècle par les Maures.  Il abrite depuis 2008 un musée avec des collections d'armes médiévales et renaissances, des expositions temporaires ainsi qu'un panorama de la région sur la terrasse.

 - fort Dugomier XIX siécle : géré par une association de Collioure, ne se visite pas, dépend de la  commune de Collioure; Construit entre 1844 et 1852.

- batterie de Taillefer : Dépend de la commune de Collioure,  sous convention il sert d'atelier pour un artisan coutelier de Collioure.  se visite uniquement sur rendez-vous; Construit fin XIX voir batterie de la Galline

- refuge Madeloc : ancien casernement du fort Taillefer transformé en chambres d'hôtes par un résident de Port Vendres; 

- tour Madeloc ancienne tour d'observation XIII ieme siècle : point culminant de la randonnée 650 mètres, sert de relais pour le téléphones et la télévision.

La tour Madeloc est érigée sous Jacques II, roi de Majorque et comte du Roussillon, qui veut se protéger des razzias maures sur la côte, du roi de France au nord et de son frère le roi Pierre III d'Aragon au sud. Durant la souveraineté majorquine et aragonaise, elle faisait partie d'un réseau de tours de guet (avec la tour Massane).

- Batterie des 500 : XIX siècle Après la guerre de 1870 , il est décidé de protéger le Port de Port Vendres , l’un des ports de France ou l’on embarquait pour l’Algérie. Le Trafic ferroviaire viens d’y être relancé avec la construction de rampes accédant au Quais d’embarquement vers 1880 . Port Vendres est donc considéré comme un enjeu stratégique d’importance et on décide d’y construire des Forts . Entre 1885-1886 la Batterie des 500 voit le jour , elle est Flanquée par 2 autres positions méconnues , l’une située un peu plus en hauteur vers Madeloc , et très sommaire une banquette de tir et des escaliers entre les différents niveaux de cette même banquette . L’autre a la gauche du col des gascons lorsque l’on descend vers Banyuls Sur Mer . Destinés a surveiller la Frontière Espagnole ; On décide de construire presque en même temps , Taillefer , le casernement de droite , du centre , de gauche , La Galline , et le Fort Béar. Des Artilleurs y étaient stationnés . 

- fort de la Galline : XIX siècle gérer par une association, dépend de la commune de Port Vendres, peut se visiter sur rendez vous ou lors des journées porte ouverte.

La défaite de 1870-1871 face à l'Allemagne a profondément démoralisé les français. Leur affaiblissement fait craindre un nouveau conflit avec l’Espagne toujours décidée à récupérer le roussillon. Le général Boulanger alors ministre de la guerre charge le général Henry Berge de créer un nouveau système défensif. Ce système réalisé entre 1883 et 1886 en dehors du dispositif côtier viendra renforcer les fortifications créées pour protéger Port- Vendres devenu port militaire en 1846.

Ces réalisations visibles de nos jours sont :

La Batterie 500  (Altitude 500m) au dessus du col des Gascons dans un endroit escarpé, avec vue directe sur le col de Banyuls.
La Batterie de Taillefer  surveillant la vallée du Ravaner
La Batterie de La Galline (Altitude 250m) au dessus de Cosprons et pouvant battre la voie ferrée et la route reliant Banyuls à Port-Vendres.Elle était prévue pour 4 pièces d'artillerie et 70 hommes.

- chapelle de Cosprons : peu se visiter sur rendez vous, commune de Port Vendres

Elle semble avoir été bâtie à la fin du XIIe siècle ou au XIIIe siècle. Elle a été plusieurs fois remaniée et agrandie.  Au XVIIe siècle, les habitants de Port-Vendres venaient en procession chercher la statue de Christ en croix de Sainte-Marie de Cosprons, notamment afin d'attirer la pluie.

Une légende attribue la construction de Sainte-Marie de Cosprons à un animal, comme beaucoup d'autres dans la région. Dans ce cas, il s'agit d'un âne. Un pêcheur de la baie de Paulille remonta dans ses filets un Christ en croix. Il chargea cette découverte sur son âne pour la ramener à son village. Mais, arrivé au village, l'âne poursuivit son chemin jusqu'en haut d'une colline, où il finit par s'arrêter. Ensuite, l'âne refusa de bouger de cet endroit, ce qui fut interprété comme un signe divin. Les villageois construisirent l'église Sainte-Marie en ce lieu, puis le village de Cosprons se développa autour d'elle.

 Pour ouvrir l'album cliquer sur l'image ci dessous